Activités    Acquisitions    Anciens bulletins     En bref    En manchette  


 FAQ    Financement     Liens     Projets réalisés     Projets en cours    Publications     Rédaction 

 logo

 Mémoire sonore

Bulletin de la Phonothèque québécoise

No. 10, Printemps 2004

microphone 

 

En manchette :

 

15e anniversaire de la Phonothèque québécoise

Rencontre du 8 décembre avec les responsables du MCCQ et de la BNQ

Causerie en collaboration avec l'UQAM

Numérisation de documents sonores

Traduction du site

Exposition British Invasion

Développement du site (base de données) et acquisition de matériel

DOSSIER : Acronymes des stations de radio


 
En bref


La parution du 10e numéro du bulletin Mémoire sonore coïncide avec le 15e anniversaire de la Phonothèque québécoise. Il y a plusieurs
raisons de fêter :

Dans ce numéro, il est question de la rencontre avec les responsables du Ministère de la culture du Québec et de la Bibliothèque nationale du Québec, le  8 décembre 2003, et de leurs positions à propos des partenariats à développer.

Enfin, notre collaboration avec le département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal s'est révélée fructueuse, de même que celle avec CKUT qui nous permet de diffuser des archives sonores régulièrement sur les ondes de cette station.


Bonne saison !

Christian Lewis
Directeur

 

 

Nouvelles de la Phonothèque



Projets réalisés

 

Amélioration de la gestion des collections de la Phonothèque

 

Grâce à un financement du Trust de l'audiovisuel canadien et à une subvention accordée par le Ministère du Patrimoine canadien, dans le cadre du Programme  de consolidation des arts et du patrimoine canadiens, la Phonothèque a pu développer un centre de numérisation sonore et des outils de gestion de collections (acquisition de matériel de numérisation plus professionnel et développement des compétences). La base de données de la Phonothèque pourra être consultée en ligne. Déjà, une version test est disponible à cette adresse: http://www.phonotheque.org/recherche/



Traduction du site, numérisation et amélioration de la gestion des collections de la Phonothèque

Grâce à une subvention du Trust de l'audiovisuel canadien, la Phonothèque pourra proposer une traduction en anglais des textes de son site. La mise à jour de l'équipement informatique (augmentation des mémoires, logiciels, périphériques et accessoires) a favorisé la numérisation des éléments de collection de la Phonothèque tout en assurant une  gestion informatique plus performante. Ces outils permettront de sauvegarder et de diffuser quelques éléments sur des supports fragiles.


Développement de la numérisation des collections  (Ministère du Patrimoine canadien)

Une subvention accordée par le Ministère du Patrimoine canadien, dans le cadre du Programme  de consolidation des arts et du patrimoine canadiens, a permis à la Phonothèque de numériser plus de 60 documents sonores et le traitement de plus de 900 éléments de collections.  Le traitement documentaire et la numérisation ont contribué à développer le site de la Phonothèque québécoise (amélioration d’édition et ajout de nouvelles sections dont la base de données), et à consolider le centre de traitement de la Phonothèque (mise à jour technique et développement des compétences). Ainsi la Phonothèque pourra offrir de meilleurs services à la clientèle en accroissant l’accessibilité des éléments  de ses collections, tout en assurant l'amélioration de la conservation et de la diffusion de certains documents sonores.


Reconduite du projet financé par le Fonds de stabilisation et de consolidation des arts et de la culture du Québec

Grâce au Fonds de stabilisation et de consolidation des arts et de la culture du Québec, la Phonothèque assure un meilleur accès à ses collections, améliore la gestion de celles-ci,  répond de manière plus précise aux demandes de la clientèle, et consolide un réseau de partenariat pour être lié au monde bibliothéconomique, muséal et archivistique. Le financement de ce volet a été reconduit pour une deuxième année. Plusieurs centaines de documents ont été traités au cours de ce dernier volet.


Normalisation de données textuelles
pour la base de données Info-Muse
(Société des musées québécois)

La Phonothèque québécoise a réalisé le projet de normalisation de données textuelles pour la base de données Info-Muse qui consistait à normaliser et corriger 16 zones des fiches ciblées et à verser plus de 1550 fiches à la base de données du réseau Info-Muse dans le cadre du programme de normalisation de données textuelles pour la base de données Info-Muse, dans le respect des normes et critères de la Société des Musées québécois. Ce travail de normalisation et de mise en réseau de bases de données fait partie des priorités de la Phonothèque. Cela permet d’inventorier le patrimoine sonore du Québec, traditionnellement fort dispersé, facilitant l’accès à celui-ci ainsi qu’aux collections, publications et réalisations de la Phonothèque québécoise.



Projets en cours

 



15e anniversaire de la Phonothèque québécoise

Afin de marquer le 15e anniversaire de fondation de la Phonothèque québécoise, un comité s'active à organiser des événements spéciaux soulignant cette occasion. Une fête avec des invités spéciaux, réunissant les membres et amis de la Phonothèque est prévue, ainsi qu'une programmation spéciale de trois séances de projections à la Cinémathèque québécoise. Ces événements auront lieu cet automne.

C'est en effet le 6 avril 2004 que la Phonothèque voyait le jour. 15 ans plus tard, la liste de réalisations témoigne de la vivacité de cet organisme. Les projets de développement ne manquent pas.

Ajout multimédia à l'histoire des radios communautaires à Montréal

Grâce à une subvention du service de la culture de la ville de Montréal, la Phonothèque pourra ajouter un contenu multimédia à l’histoire des radios communautaires et universitaires à Montréal disponible sur son site. Ces archives sonores de radios  communautaires étant souvent éparpillées, elles pourront être enfin diffusées. Déjà, plusieurs rubans magnétiques des archives de CIBL et de CKUT ont été numérisés. D'autres fonds d'archives sont en voie d'être traités.

Exposition sur le jazz

La préparation de l'exposition suit son cours, en collaboration avec le Centre d’histoire de Montréal (rencontres de travail avec les designers et les concepteurs, scénarisation, recherche, entrevues et numérisation). De nouveaux partenaires sont intéressés à s'associer à ce projet, dont  la Chapelle historique du Bon-Pasteur, intéressée à offrir ses espaces à la Phonothèque pour une exposition de pochettes de disques  complémentaire à celle présentée au Centre d’histoire de Montréal.

Traduction de l'exposition virtuelle sur l’histoire des maisons de disques indépendantes à Montréal

 
Grâce au Musée virtuel du Canada (programme Histoires de chez nous), la Phonothèque québécoise pourra faire traduire l'exposition virtuelle sur l’histoire des maisons de disques indépendantes à Montréal. L’exposition rassemble des images de musiciens et artisans en action, de studios, d’appareils et de pochettes. De plus, des extraits sonores d’entrevues avec des intervenants de maisons de disques représentatives de la diversité culturelle, commentent ces images. En complément, on trouve sur le site de la Phonothèque plusieurs extraits d’entrevues regroupés par thèmes et associés à une chronologie sur le sujet.

 

 

 

Activités

British Invasion


 

Exposition lors de l'événement British Invasion à l'Université Concordia

À l'invitation de Craig Morrisson, Luc Desjardins et Eugénie Fortin ont participé, le 6 février 2004,  à un kiosque d'information sur la Phonothèque québécoise, à l'Université Concordia. Pour l'occasion, ils ont réalisé une exposition d'artefacts des collections de la Phonothèque (dont celle de Luc Desjardins), sur l'invasion britannique sur la scène de la musique populaire, dans les années 1960.

British-invasion-expo


Causerie en collaboration avec l'UQAM

En collaboration avec Johanne Villeneuve  et Danielle Aubry du département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, Christian Lewis, le directeur de la Phonothèque,  a collaboré à l'organisation de causeries au pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM.

Voici les sujets qui ont été abordés:


Musées en fête

Un atelier de numérisation sonore intitulé Comment numériser des documents sonores a lieu le 21 mai dans le cadre de Musées en fête. Une initiation au logiciel de montage et d'édition sonore et des conseils de numérisation seront proposés.


Stage et bénévolat

La Phonothèque québécoise recevra cet été Guillaume Morges, un stagiaire français en traitement documentaire, catalogage, base de données et conservation de l'audiovisuel. Deux bénévoles travaillent présentement à des projets de catalogage d'archives radiophoniques : Sébastien Lavoie et Mélissa Forget.


Évaluations

Christian Lewis a procédé à l'évaluation des collections Brisson, Ducharme et Legris-Pagé. Pour cette dernière, deux évaluateurs à l'externe ont été engagés.




 

Participation à des émissions, congrès, rencontres, etc.





Demandes de financement

 

Des demandes de financement ont été rédigées dont la demande annuelle d’aide au fonctionnement au Ministère de la Culture et des Communications et le suivi consacré à l'exposition sur le jazz (recherche de partenaires et de commandites).

Une demande a été acheminée au
Programme de Soutien aux équipements culturels (MCCQ) à l'automne dans le but d'améliorer les équipements de la Phonothèque québécoise (logiciel de gestion documentaire compatible avec les formats des réseaux rejoints, sources de qualité professionnelle [lecteur CD/DVD, magnétophone, table tournante], graveur de DVD de qualité professionnelle, unité de stockage, accessoires et équipement informatiques, numériseur adapté aux pochettes, boîte d’insonorisation et table de travail, matériel archivistique.

En décembre 2003,  une demande de financement pour le projet de normalisation de données textuelles pour la base de données Info-Muse a été déposée et acceptée par la Société des Musées québécois. Ce travail de normalisation et de mise en réseau de bases de données fait partie des priorités de la Phonothèque puisque la mise à jour de la base de données permet un meilleur accès aux collections.

Un projet a été soumis au Ministère du Patrimoine canadien, dans le cadre du programme de consolidation des arts et du patrimoine : Développement de la gestion des archives sonores et iconographiques sur le site Internet : amélioration de l’architecture du site, développement d’outils de gestion des fichiers numérisés et mise en ligne conviviale des archives sonores et iconographiques. La Phonothèque vise à dynamiser la diffusion de ses documents sonores et iconographiques et l’accès à ses collections en développant une gestion de diffusion des collections plus efficace. L’amélioration de l’architecture du site, le développement d’outils de gestion des fichiers numérisés et la mise en ligne conviviale des archives sont au cœur de ce nouveau développement dont l’objectif est de renouveler le public, les partenaires et les contacts, notamment dans le monde de l’éducation.

Suite à la rencontre à la BNQ avec quelques responsables du MCCQ, un projet d'Exposition virtuelle sur le processus de création des œuvres sonores enregistrées a été présenté en avril 2004 au Ministère de la Culture et des Communications du Québec. Ce nouveau projet vise à diffuser et documenter le processus de création et de réalisation des œuvres sonores enregistrées (disque, œuvre radiophonique et conception sonore au cinéma), grâce à une enquête orale avec les créateurs du milieu, à la numérisation de bandes maîtresses, de chutes (« work-in-progress »), de démos produits par ces artistes et à la diffusion sur le site de la Phonothèque, sur une plate-forme renouvelée, d’extraits sonores (entrevues et extraits de création sonore ou musicale), d’images ou de textes documentant le « making of » d’un disque ou d’une œuvre sonore.

Certains partenariats avec des organismes pairs (SPDTQ, Trust de l'audiovisuel canadien, Centre d'histoire de Montréal, INIS, Cinémathèque, ANQ, BNQ)  ont aidé ponctuellement la Phonothèque à réaliser des activités.

Ces demandes ont été rédigées par Christian Lewis, avec l’aide des membres du CA dont Luc Desjardins, Éric Rathé, Éric Boisclair et Réal La Rochelle pour la révision.

 

Rencontre avec les responsables
du Ministère de la Culture et des Communications (MCCQ)
et de la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ)


La rencontre avec les responsables du Ministère de la culture du Québec et de la Bibliothèque nationale du Québec, le  8 décembre 2003,
a eu lieu suite au rapport interne de Danielle Blanchet du Ministère de la Culture et des Communications du Québec, qui a pris la relève du  consultant Denis Regnaud; le MCCQ a convoqué une rencontre spéciale à la BNQ en présence de :


M. Laflamme et Mme Bissonnette ont informé les représentants de la Phonothèque de leurs positions à propos des partenariats à développer. Pour le moment, aucun partenariat formel n'a été proposé. Une reconnaissance de notre rôle en matière de diffusion et d'animation du patrimoine sonore a été réaffirmée. Le Ministère a précisé qu'il nous encourage à développer notre mandat de diffusion plutôt que celui de conservation. Une invitation de la part du MCCQ à présenter un projet de diffusion (voir dans la section Demande de financement la description du projet Exposition virtuelle sur le processus de création des œuvres sonores enregistrées) a été faite par M. Laflamme.








Acronymes : lettres d'appel des stations radiophoniques

Suite à la demande de quelques usagers concernant la signification des lettres d'appel des stations radiophoniques, Christian Lewis a recueilli quelques informations au centre de documentation de la Phonothèque. il a aussi demandé l'avis de Pierre Pagé, historien de la radio et de Raymonde Cyrenne du service de références de la Bibliothèque nationale du Canada afin de compléter ce dossier. Voici quelques pistes intéressantes :


L'origine de la pratique des acronymes (ou indicatif) est probablement liée à la convention internationale de Londres en 1912, à un certain arbitraire et à une législation des ancêtres du CRTC (Ministère de la Marine et des Pêcheries pour la TSF, Loi sur la radio puis Commission royale de la radio-télévision) : voir  http://www.crtc.gc.ca/ ou le Rapport de la Commission royale de la radio-télévision de 1957.

Voici quelques acronymes et leurs significations :

CKAC : Canadian Kilocycles America Canada ou Canadian Kilocycles American Company (selon diverses sources; voir opinion de Pierre Pagé plus loin)
CJMS : Je me souviens
CJAD : formé par les initiales du fondateur Joseph-Arthur Dupont (successeur en 1927 de Cartier à la tête de CKAC, puis premier directeur de Radio-Canada, section française, et fondateur de CJAD)
CKVL : ?  (par déduction Canadian Kilocycles Verdun Limited; ou Verdun Lasalle) voir Fonds Jack Tietolman (P113) au
Service des archives de l'Université Concordia au 1455, de Maisonneuve Ouest / Montréal (Québec) H3G 1M8 / Tél.: (514) 848-7775

Jack Tietolman, fondateur du poste CKVL, est, pendant plus de soixante ans (1934-1994), l'infatigable animateur et propriétaire de compagnies qui s'intéressent à la promotion de stations radiophoniques comme CKVL et CKOI. C'est lui qui contrôle la «General Broadcasting Company» créée en 1934 tout comme «Verdun Radio Centre Inc.», «Radio-Monde Limitée» et «Radio Futura», le «holding» dont relèvent CKVL et CKOI-FM



Selon M. Pierre Pagé, historien de la radio :
   << la lettre C (comme toutes les autres lettres commençant l'identification) a une valeur arbitraire et 
ouvre sur un groupe de lettres, tel qu'établi par la convention internationale de Londres en 1912. En soi,
elle ne veut pas dire Canada puisque d'autres pays ont des signes commençant par C: la Roumanie, le Maroc,
la Bolivie, le Portugal et d'autres. (voir Fréquence, no.9-10, 2002, p.19 et note 24.)

Cependant, pour le milieu canadien, on a pris l'habitude, dans certaines régions, de lui faire dire
"canadian". Pourquoi pas? Mais cela n'a aucune valeur légale. Pour les autres lettres, elles ont la valeur
que les propriétaires de la station veulent bien lui donner. C'est exactement comme pour l'obtention d'une
plaque d'immatriculation automobile ou d'un numéro de téléphone: dans les séries disponibles, vous cherchez
ce qui pourrait constituer un ensemble significatif pour votre entreprise ou un slogan que vous aimez.
Cela donne (toujours sans valeur légale):

CJMS: "Je me souviens".

CKVL: "Verdun- LaSalle". Mais le K ne veut rien dire

CBF, créée en même temps que CBM: voulait dire "Canadian Broadcasting French" et "Canadian Broadcasting
Montreal". Et ils ont obtenu de s'en tenir à 3 lettres. Pour être différent, à la même époque, en créant Québec, ils ont
cherché et cela a donné CBV, V pour le nom de l'archevêque de l'époque,
Villeneuve. Mais ils n'ont jamais fait une
quelconque promotion pour cela.


Pour CKAC: tout ce qui a circulé et circule encore est de la pure invention, tout aussi bien que CFCF
(qui appartenait à Marconi) alors que CKAC appartenait à La Presse. Jamais La Presse n'a fait de publicité
sur une signifcation de ses lettres. Tant qu'à y être, ils auraient pu demander en 1922, au lieu de CKAC,
un nom qui aurait été CHLP et faire dire "La Presse" mais c'est "La Patrie", un journal concurrent qui y a
pensé dix ans plus tard.

On peut poursuivre l'observation en consultant Fréquence * nos. 7-8, 1997; voir la chronologie qui donne la liste
des fréquences accordées en 1922 pour le Canada (voir p. 261).>>
 
 - Pierre Pagé


*NB: Ce document est disponible à la Phonothèque
 
 
Selon Mme Raymonde Cyrenne du service de références de la Bibliothèque nationale du Canada, les lettres d'appel furent 
établies par le
Service Regulations of the Berlin and London Radiotelegraphic Conventions en 1913 (voir annexe no. 1*) et
ces lettres pour le Canada furent changées plus tard pour le Canada par
"CF", "CH, "CJ", "CK" or "10", suivies de deux lettres
exclusives à une station donnée
(voir annexe no. 2*).
Selon elle, les lettres de CKVL n'ont pas de signification particulière et furent imposées par l'autorité
fédérale

Voici, en anglais les annexes envoyées par Mme Cyrenne :


Annexe No. 1  http://earlyradiohistory.us/1913call.htm
 
Extraits :
DEPARTMENT  OF  COMMERCE OFFICE  OF  THE SECRETARY WASHINGTON
This is an HTML version of the original government document, Radio Call Letters, which reported United States radio station call letter policies, as of May 9, 1913.
... The Service Regulations of the Berlin and London Radiotelegraphic Conventions provide that the call letters of stations 
in the international system must each be formed of a group of three letters which shall be distinguishable from one
another. The London International Radiotelegraphic Conference made a partial allotment of call letters among nations
whichsigned the convention and the International Bureau at Berne, with the consent of such nations, has modified and
added to this assignment of call letters by circular of April 23, 1913. The distribution of call letters among nations thus
authorized is printed below for the guidance of operators of all stations, ship and shore, of the United States.
A... All to Germany and protectorates. B... All to Great Britain. CAA to CMZ... Not yet assigned. 
CNA to CNZ... Morocco. COA to CPZ... Chile. CQA to CQZ... Monaco. CRA to CTZ... Portugal and colonies.
CUA to CUZ... Not yet assigned. CVA to CVZ... Roumania. CWA to CWZ... Uruguay. CXA to CZZ... Not yet assigned.
D... All to Germany and protectorates. EAA to EGZ... Spain and colonies. EHA to EZZ... Not yet assigned.
F... All to France and colonies. G... All to Great Britain. HAA to HFZ... Austria-Hungary and
Bosnia-Herzegovina.
HGA to HHZ... Siam. HIA to HZZ.. Not yet assigned. I... All to Italy and colonies. J... All to Japan and possessions.
KAA to KCZ... Germany and protectorates. KDA to KZZ... United States. LAA to LHZ... Norway.
LIA to LRZ... Argentine Republic. LSA to LWZ... Not yet assigned. LXA to LZZ... Bulgaria.
M... All to Great Britain.
N... All to the United States. OAA to OFZ... Not yet assigned.OGA to OMZ... Austria-Hungary and Bosnia-Herzegovina.
ONA to OTZ... Belgium and colonies. OUA to OZZ... Denmark. PAA to PIZ... Netherlands. PJA to PJM...Curacao (Dutch)
PJN to PJZ... Surinam (Dutch) PKA to PMZ... Dutch East Indies. PNA to PZZ... Not yet assigned.
Q... Reserved for code abbreviations. R... All to Russia. SAA to SMZ... Sweden. SNA to STZ... Brazil. SUA to SUZ... Egypt.
SVA to SZZ... Greece. TAA to TMZ... Turkey. TNA to TZZ... Not yet assigned. UAA to UMZ... France and colonies.
UNA to UZZ... Austria-Hungary and Bosnia-Herzegovina. VAA to VGZ... Canada (British) VHA to VKZ...
Australian Federation (British). VLA to VMZ... New Zealand (British) VNA to VNZ... South African Union (British).
VOA to VOZ... Newfoundland (British) VPA to VSZ..British colonies not autonomous. VTA to VWZ..British India.
VXA toVZZ..Not yet assigned. W... All to the United States. XAA toXCZ... Mexico. XDA to XZZ... Not yet assigned.
YAA to YZZ... Not yet assigned. ZAA to ZZZ... Not yet assigned.

[...]


E. T. CHAMBERLAIN, Commissioner of Navigation.   
Approved: EDWIN F. SWEET, Assistant Secretary.
Annexe no. 2
http://www.rcc.ryerson.ca/ccf/stations/radio/Call_Letters_Radio.html
 
The Call Letters of Canadian StationsBeginning in 1922 and for several decades, Canadian radio (and later, TV stations) 
were assigned call letters (or call signs) beginning with "CF", "CH, "CJ", "CK" or "10", followed by two letters which
would be exclusive to one station. (exceptions: CKY Winnipeg and CKX Brandon licensed to the Manitoba Government
Telephones). An exception was also made in the case of the Canadian National Railways three owned-and operated
stations and the CNR's "phantom Stations" (the latterused only when time was leased by the CNR on privately-owned
stations). Thus, the owned stations became identified as CNRA Moncton, CNRO Ottawa and CNRV Vancouver.
(see "Phantom Stations")When the Canadian Radio Broadcasting Commission took over the CNR stations in 1932 and
CRBC began to buy some of the existing private stations, the prefix "CRC" was reserved for its exclusive use (examples
- CRCT (formerly CKGW) Toronto, CRCY (formerly CKNC) Toronto; etc.On succeeding the CRBC in 1936, The Canadian
Broadcasting Corporation reserved for itself the prefix "CB". CRCT became "CBL" Toronto - the "L" because of its location
in the Great Lakes region; CRCY became "CBY". As the CBC began to build its powerful 50 kW transmitters, the station
calls usually related to their region or purpose, CBF Montreal - French language, CBK Watrous, Saskatewan, in honour of
Kelsey the explorerCBE Edmonton, CBH Halifax, etc. Early FM stations which simulcast the programming of the AM station,
were identified by adding "FM" to the AM call sign. However, when the Board of Broadcast Governors (BBG)
authorized seperate (from AM) programming in 1961, some owners applied for approval of separate call signs, while
others decided to retain the parent station call, with the FM suffix.TV stations owned by a radio station in the same city,
usually added "TV" to the radio letters, while new companies entering the TV field tried to find the most promotable call
sign and applied for permission to use it. The prefix "CI" was introduced with the proliferation of new stations both in the
TV and FM spectrum in the 60s.In the early years, not everyone appreciated the value of a promotable call sign and merely
accepted four letters that were assigned to them by the Federal authority. However, the government had no objection to
stations choosing their own set of call letters, provided they conformed to those assigned to Canada. The letters "W" and
"K" were reserved for USA stations, followed by three others. With some "grandfathering" (eg. KDKA Pittsburg and KYW
Philladelphia), "W" was designated for stations east of the Mississippi River and "K" for stations to the west.
This practice was abandoned in the 1980s. [...]
It was an inexpensive way to get into radio - the license fee was $ 25 as opposed to $ 50 for the commercial station. 
All but one of these stations, coincidentally there were 10 of them, ultimately obtained commercial licenses, and by 1935 all
the "10" call signs had disappeared from the spectrum. Before Newfoundland became Canada's 10th province in 1949,
the call sign VO-was allocated to the island. Three stations began operating in St. John's - VOCM, VOAR and VOWN and
these identifications were "grandfathered" in when Newfoundland entered Confederation, however,
stations licensed
since wee given call signs similar to the rest of
Canada.

J. Lyman Potts - September, 1997 
  
 

 

Acquisitions récentes

Rosace

 

 

Nouvelles collections et nouveaux documents

 


Collection Raymond Gervais

11 affiches, 5 bobines de ruban ¼ de pouce, 3 monographies, 137 revues des années 1940 à 1970 sur le jazz (dont Jazz Magazine, Jazz Hot, Down Beat, Jazz Journal et Coda) et 14 disques 33 tours de jazz, musique improvisée et contemporaine. Raymond Gervais est un artiste multidisciplinaire, animateur de radio et recherchiste particulièrement intéressé par le jazz et l'histoire du disque.


Collection du Collège Notre-Dame

(par l'intermédiaire de Louis Dulude)

12 disques 33 tours de musique folklorique, littérature et histoire orale, 2 magnétophones à 4 vitesses de lecture.


Collection Alain Ducharme

164 disques 78 tours de musique classique, de musique populaire instrumentale, d'opéra et de chansons, incluant des pochettes illustrées de recueil, tables tournantes Garrard à 4 vitesses de lecture. La collection appartenait aux parents du donateur, impliqués dans le milieu de la musique, la mère de M. Ducharme ayant été pianiste accompagnatrice du choeur des Disciples de Massenet.


Collection Estelle Brisson

98 disques 33 tours de musique classique et de musiques du monde. Mme Brisson est mélomane.


Collection de la Phonothèque québécoise

Quelques documents ont été recueillis, notamment certains témoignant d'expositions sur le son au Musée d'art contemporain de Montréal.

 



Articles et publications à signaler

 


                         * Ces publications sont disponibles au centre de documentation de la Phonothèque québécoise

 


 

Patrimoine sonore sur le Web



http://www.rcc.ryerson.ca/ccf/stations/radio/Call_Letters_Radio.html


OVILA LÉGARÉ : UN DOUX GÉANT DU FOLKLORE (Denis Lessard, Printemps 2002)  http://www.mnemo.qc.ca/html/2002(63).html

LE RENOUVEAU DU CONTE (Jocelyn Bérubé, Été 2002) http://www.mnemo.qc.ca/html/2002(64).html

MON EXPÉRIENCE DE COLLECTE ET MA RENCONTRE AVEC JEAN-PAUL GUIMOND (Gabrielle Bouthillier, Été 2002)
   http://www.mnemo.qc.ca/html/2002(65).html



 


 

 

Voici nos coordonnées électroniques pour nous joindre :

 

·     Site Internet de la Phonothèque québécoise :

       http://www.phonotheque.org/                  

·     Courriel de la Phonothèque

·     Site de la  SMQ : http://www.smq.qc.ca/ 

·     Site du RCIP :  http://daryl.chin.gc.ca/Artefacts/f_MasterLayout.cgi

·     Musée virtuel du Canada : http://www.museevirtuel.ca, choisir «Histoires de chez nous» / «Recherche d'expositions» / inscrire               Phonothèque

 

 

 

Consultation des anciens bulletins

 

 

Vous pouvez consulter les publications précédentes de notre bulletin. Voici un  accès direct aux numéros précédents :  

Bulletin no 1, automne 1999

Bulletin no 2, printemps 2000

Bulletin no 3, automne 2000

Bulletin no 4, printemps 2001

Bulletin no 5, automne 2001

Bulletin no 6, printemps 2002

Bulletin no 7, automne 2002

Bulletin no 8, printemps 2003

Bulletin no 9, automne 2003


 

 

Foire aux questions (FAQ)

 

Ce forum est à votre disposition. Si vous avez des commentaires, des communiqués ou des suggestions concernant nos activités ou sur le patrimoine sonore, écrivez-nous à cette adresse : courriel de la Phonothèque

***

 

Plusieurs personnes nous demandent s'il est possible de consulter nos bases de données sur notre site. L'organisation et la localisation des bases sont décrites en détail dans la section Documentation de notre site. 

Vous pouvez obtenir des renseignements ou des références en nous écrivant à : courriel de la Phonothèque ou en prenant un rendez-vous ou en nous appelant au (514) 282-0703 du mardi au jeudi en après- midi.

Vous pouvez aussi consulter la base du RCIP : http://daryl.chin.gc.ca/Artefacts/f_MasterLayout.cgi?la=f&db=1&st en spécifiant Phonothèque québécoise dans la rubrique Établissement puisque cette base regroupe la plupart des musées canadiens.

Si vous naviguez du côté du Musée virtuel du Canada, vous pourrez consulter les images de pochettes de nos collections qui ont été numérisées : http://www.museevirtuel.ca/Francais/index_flash.html en spécifiant Phonothèque dans la rubrique de recherche.

***

 

Quelques mélomanes cherchent des précisions sur les enregistrements. Voici quelques bases susceptibles d’étancher votre soif sonore: 

Bases de la BNQ :  

http://www2.biblinat.gouv.qc.ca/texte/t0005.htm

Base de la Phonothèque de Montréal (Merlin / sélectionnez Phonothèque) : http://merlinweb.ville.montreal.qc.ca/

AMG : http://www.allmusic.com/

Archambault : http://www.archambault.ca/store/default.asp

***

 

Quoi faire des collections de disques ?

Quelques personnes disposant de collections de disques, aimeraient savoir si certains organismes acquièrent des collections. À la section Dons et acquisitions de notre site, vous trouverez les procédures à suivre. Vous pouvez aussi obtenir des renseignements en nous écrivant à : courriel de la Phonothèque  ou en nous appelant au (514) 282-0703 du mardi au jeudi en après- midi.

 

 


 

 

Mémoire sonore

Bulletin de la Phonothèque québécoise

No. 10, Printemps 2004

 

Le bulletin est publié deux fois l'an et disponible sur notre site Internet : http://www.phonotheque.org/

 

Veuillez envoyer vos demandes d’adhésion comme membre au directeur,  au 335, boul. de Maisonneuve Est, Montréal (Québec) H2X 1K1. Les cotisations annuelles sont de 25$ par année.

 

Pour envoyer un bref communiqué ou un commentaire, prière d’envoyer à l’adresse ci-haut mentionnée ou par télécopieur (514) 282-0019 ou par courriel :

courrier électronique

 

La Phonothèque québécoise est un organisme sans but lucratif dont le fonctionnement est subventionné essentiellement par le Ministère de la Culture et des Communications du gouvernement du Québec.


 

Comité de rédaction

Rédacteur en chef et Directeur : Christian Lewis

Président : Luc Desjardins

Vice-président : Éric Rathé

Trésorier : Éric Boisclair

Secrétaire : Sylvain Lafrenière

Administrateur : Craig Morrisson

Conseillers : Réal La Rochelle, Marie FitzGerald et Marcel Carrière

Révision de texte : Luc Desjardins et Réal La Rochelle

Édition et mise en page : Christian Lewis

Photographies : Luc Desjardins, Gilles Douaire

 

Reproduction autorisée après entente avec
la Phonothèque québécoise  / Musée du son

Copyright La Phonothèque québécoise / Musée du  son  2004

ISSN 1488-8122

 



Accueil

Tous droits réservés
© 1997 Phonothèque québécoise / Musée du son.
Mise à jour le 2 juin 2004

URL http://www.phonotheque.org/f/collections.html